Transmetropolitan : à lire et à révérer comme il se doit

30 06 2007

Transmetropolitan #1VF Warren Ellis est un auteur qui commence à être connu en France. Nextwave, Desolation Jones, Global Frequency, ses séries récentes font toutes l’objet d’une adaptation dans notre langue. L’engouement tout récent dans notre pays pour les comics et pour Ellis en particulier nous permet enfin de découvrir, cette fois en entier, espérons-le, son oeuvre majeure : Transmetropolitan.

Cette série emmène le lecteur dans un futur post-cyberpunk à la fois fascinant et répugnant. L’humanité s’est concentrée dans des mégalopoles où, tandis que les riches se délectent de confiture de bébés dauphins dans leurs immeubles somptueux, sur le trottoir d’en face des gamins illétrés crèvent de la lèpre et des charlatans messianiques prêchent la rédemption par la drogue et le sexe.

Spider Jerusalem, ancien journaliste politique, hait cette Ville de décadence et d’aliénation. Malhreureusement, son éditeur l’oblige à reprendre du service. Ou plutôt à reprendre sa Mission. Car ce journaliste mégalomane, misanthrope et maniaco-dépressif n’a qu’un crédo : “La Vérité, quel qu’en soit le prix”.

La Vérité, c’est dénoncer les dérives du pouvoir, les collusions à coup de billets verts ou de violences policières entre l’exécutif, les média et les religions. C’est forcer les puissants qui ont transformé la Ville en Cour des Miracles à rendre des comptes au peuple. Cette intransigence a un prix : elle détruit des vies. Celle des acteurs, des témoins, du journaliste. Et très vite, Spider devient l’homme à abattre.

Transmetropolitan séduit par la richesse visuelle, fruit de l’imagination de Darick Robertson, par l’humour noir et la truculence des dialogues de Warren Ellis. Débutée en 1997 aux USA, la série construisit pendant 5 ans une intrigue dystopique de qualité qui trouve toujours des échos dans le monde contemporain.

Merci donc à Panini Comics qui, après avoir ressucité Preacher il y a trois mois, offre au lecteur français cette indispensable de la BD anglo-saxonne. Le premier volume regroupe la première année de la série : on peut donc s’attendre à 5 volumes au total. Les anglicistes curieux qui voudraient goûter tout de suite peuvent aussi jeter un oeil au début de la série sur le site de l’éditeur américain Vertigo.


Actions

Informations

2 réponses à “Transmetropolitan : à lire et à révérer comme il se doit”

23 07 2007
Paquita (09:13:38) :

Super pour débuter en Comics !

13 12 2009
pix (19:23:26) :

omment ça à 5 volume? C’est pas fini au 5ème? Dites-moi que ça continue, pleaaaase…

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire