Quelques réflexions sur Deathly Hallows (allégé en spoilers)

2 08 2007

Ca y est, j’ai achevé Harry Potter and the Deathly Hallows. La saga est terminée. Il n’aura pas été facile d’éviter les spoilers. On croit avoir déjoué les clics révélateurs sur l’internet quand, au détour de la vraie vie, un lecteur du Parisien (spoilers) menace de vous livrer son avis sur la fin d’un livre qu’il n’a pas lu…

Sans dévoiler l’histoire, on retrouve ici la même structure que dans Order of Phoenix et Half-Blood Prince : les pages passent et pourtant le but ne semble pas se rapprocher. Puis dans les 200 dernières pages, tout s’accélère, les éléments de l’intrigue semés dans les 6 volumes précédents s’organisent en un final retentissant. Et il devient très difficile de se retenir de tout lire d’une traite !

C’est l’exploit de Deathly Hallows, réunir et expliquer de manière élégante une quantité impressionnante de questions laissées en suspens. Mais c’est également un livre qui fait frémir le lecteur qui, sachant que la guerre ne se fera pas sans pertes, doit se tenir prêt à chaque page à voir souffrir l’un des héros. L’humour et l’ironie qu’avaient acquis les personnages en grandissant a quasiement disparu. Le règne de Voldemort est cruel et terrifiant, les héros doivent d’abord lutter contre la peur et le désespoir.

Le lecteur attentif pourra trouver quelques erreurs de continuité. J’ai entre autre trouvé crispant que le “Put-Outer” devienne un “Deluminator” sans plus de cérémonie. J’aurais également apprécié que l’auteur évite la facilité scénaristique du chapitre “King’s Cross”. Quant à l’épilogue, son style jure beaucoup trop à mon avis avec le reste du livre…

Il reste que Deathly Hallows passionnera les amateurs de la série. Les autres deveront au moins reconnaitre l’adresse avec laquelle J.K. Rowling parvient à conclure cette saga.