Arrêt sur Images renaît de ses cendres

16 09 2007

Avec un peu de retard sur teh medias, je relaye la renaissance d’Arrêt sur Images sur l’interweb.

L’expérience est osée car pour accéder à la substantifique moelle d’ASI, il faudra s’abonner. On peut d’ores et déjà s’abonner au site final qui au passage ne sera prêt que dans 2700 heures. Original ! Original aussi l’abonnement à prix réduit et le statut “d’ami radin” qui contre motivation permet un accès gratuit.

On retrouve des rédacteurs et chroniqueurs de l’ancienne émission : David Abiker, Judith Bernard, Maja Neskovic… Quant à la forme du contenu, il s’agit pour l’instant d’articles illustrés de vidéos. On devrait y retrouver plus tard des dossiers ou des sujets filmés.

Cette formule sera-t-elle efficace ? C’est la question que je me pose. Contrairement à une émission hebdomadaire, la lecture d’un site régulièrement alimenté et agrémenté de vidéos est une activité chronophage. Mon expérience personnell, c’est parfois lire en diagonale et très souvent ne pas consulter les vidéos . Ca n’est pas forcément pratique quand on est au boulot pendant la pause déjeuner. Quant à la maison, l’internet n’est pas une activité qu’on peut partager comme la télé. Pas évident de s’assoir à deux devant l’écran pour lire et cliquer.

Quoi qu’il en soit, je souhaite bonne chance à ASI dont je me félicite du retour et de l’audace à relver le défi du passage à l’internet.




Blue Windscreen Of Death

6 09 2007

OMFG il semblerait que Krosoft prépare un HUD pour voiture :

Microsoft travaille actuellement sur un système HUD, ou “affichage tête haute” destiné aux automobiles.

[Un tel système] offrirait au conducteur la possibilité de connaître les paramètres qui lui sont les plus utiles sans quitter la route du regard. On pense bien entendu à la vitesse du véhicule, au régime moteur, ainsi qu’aux indications GPS ou à d’éventuelles alertes sur le trafic routier.

Mais quand on s’appelle Microsoft, on ne s’arrête pas là… Aussi, les concepteurs de la firme de Bill Gates ont décidé d’intégrer diverses activités annexes, qui pourraient très bien transformer notre voiture en bureau nomade…

Ca risque d’être lulz en cas de Blue Screen Of Death à 130 sur l’autoroute…

Blue Windshield of Death




Quelques réflexions sur Deathly Hallows (allégé en spoilers)

2 08 2007

Ca y est, j’ai achevé Harry Potter and the Deathly Hallows. La saga est terminée. Il n’aura pas été facile d’éviter les spoilers. On croit avoir déjoué les clics révélateurs sur l’internet quand, au détour de la vraie vie, un lecteur du Parisien (spoilers) menace de vous livrer son avis sur la fin d’un livre qu’il n’a pas lu…

Sans dévoiler l’histoire, on retrouve ici la même structure que dans Order of Phoenix et Half-Blood Prince : les pages passent et pourtant le but ne semble pas se rapprocher. Puis dans les 200 dernières pages, tout s’accélère, les éléments de l’intrigue semés dans les 6 volumes précédents s’organisent en un final retentissant. Et il devient très difficile de se retenir de tout lire d’une traite !

C’est l’exploit de Deathly Hallows, réunir et expliquer de manière élégante une quantité impressionnante de questions laissées en suspens. Mais c’est également un livre qui fait frémir le lecteur qui, sachant que la guerre ne se fera pas sans pertes, doit se tenir prêt à chaque page à voir souffrir l’un des héros. L’humour et l’ironie qu’avaient acquis les personnages en grandissant a quasiement disparu. Le règne de Voldemort est cruel et terrifiant, les héros doivent d’abord lutter contre la peur et le désespoir.

Le lecteur attentif pourra trouver quelques erreurs de continuité. J’ai entre autre trouvé crispant que le “Put-Outer” devienne un “Deluminator” sans plus de cérémonie. J’aurais également apprécié que l’auteur évite la facilité scénaristique du chapitre “King’s Cross”. Quant à l’épilogue, son style jure beaucoup trop à mon avis avec le reste du livre…

Il reste que Deathly Hallows passionnera les amateurs de la série. Les autres deveront au moins reconnaitre l’adresse avec laquelle J.K. Rowling parvient à conclure cette saga.




Nerdz : “quand la pop-culture rencontre la philosophie”

25 06 2007

Bon c’est vrai que sur Nolife, la chaîne du geek, c’est pas évident de tomber sur autre chose que de la pop japonaise. Encore plus quand la grille des programmes n’était pas opérationnelle. C’est pourquoi je me sentis en veine il y a deux semaines quand je suis tombé sur Nerz. Nerdz est une “sitcom” qui raconte la vie d’un geek planté devant sa console et de ses colocataires. Plutôt qu’un long discours, un épisode choisi (mon critère de sélection : il parle de comics (: )

On voit que c’est fait avec peu de moyens, il n’empêche que les auteurs maîtrisent le sujet du gamer riveté au canapé. Ca passe donc de la blague de potache à l’humour plus grinçant et devrait faire rire le téléspectateur pourvu d’un peu d’auto-dérision. En ce qui me concerne, j’ai déjà pris rendez-vous avec la suite !

Bien sur les autres épisodes sont trouvables sur Youtube.




Pétition Arrêt sur Images

20 06 2007

Une  pétition pour le maintien de l’émission Arrêt sur Images sur France 5 circule en ce moment. Même si je ne suis pas convaincu de son utilité (je doute que France Télévision pense avoir des comptes à rendre à nous qui la finançons) elle mérite d’être signalée et signée.




ASI c’est fini

18 06 2007

C’est sur le site du Point que la nouvelle définitive fut annoncée cet après midi : Arrêt sur Images, l’émission de décryptage télévisuel de Daniel Schneidermann disparaît après 12 ans d’existence. Au passage, s’il n’y a pas de lien vers Le Point dans ce billet c’est que le contenu de leur article a été modifié dans la soirée, transformant une nouvelle plutôt neutre en un propos anti-Schneidermann. On peut retrouver quelques traces de l’information originelle sur le blog de Daniel Schneidermann qui relate lui aussi la conclusion de cette déplorable histoire.

Comme j’en ai déjà parlé ici, je suivais cette émission depuis des années. Pas avec une régularité sans faille car l’émission n’a pas toujours, au cours de ces 12 années, été parfaite. Fâcheuse tendance à couper les cheveux en quatre à ses débuts. Manque de crédibilité quand de nombreux journalistes (en particulier de TF1) boycottaient le plateau. Passage à vide épisodiques causé par le turn-over des chroniqueurs et enquêteurs. Animateur qui faisait parfois preuve d’une intransigeance pesante.

Néanmoins, Arrêt sur Images était la seule émission à porter un oeil critique sur la télévision. La seule à nous montrer sans distinction les turpitudes que masquent les plateaux des chaînes publiques comme privées. La seule à se permettre d’ironiser sur les montages opportuns, les débats politiques complaisants, les rumeurs montées en épingle.

Arrêt sur Images était une émission exigeante, qui réclamait un peu d’effort de réflexion au télespectateur. Très certainement, ce ne devait pas jouer en faveur de l’audience. J’ai pu lire qu’elle “devait être remplacée par une émission d’actualité et de décryptage des média”. Pourquoi la remplacer par une émission du même type ? Parce que France 5 envisage un format plus “fédérateur”, genre le journalisme de Morandini ? Ou une équipe plus consensuelle, qui éviterait les sarcasmes sur, par exemple, les piètres performances oratoires de notre président au G8 ?

Si les émissions un tant soit peu intelligentes et acerbes n’ont plus leur place sur les chaînes publiques, quelle place leur reste-t-il ?




Finalement, on rigole pas avec la justice américaine

9 06 2007

Condamnée à 45 jours de prison pour conduite en état d’ivresse, puis libérée au bout de trois jours de détention, ce qui avait provoqué une polémique, l’héritière de l’empire Hilton a été remise en prison vendredi par la justice américaine.




Réduction du Domaine de la Lutte…

2 06 2007

Finalement, “The Big Donor Shown’était qu’un canular destiné à sensibiliser le public néerlandais sur le don d’organe. Ouf, la morale est sauve !

Cette opération restera quand même pour la chaîne un coup médiatique monumental. Pour l’instant, pas d’information sur le devenir des recettes générées par cette émission mais gageons qu’elles seront intégralement reversées à une association médicale.

Et que penser de tous ces téléspectateurs qui se seront permis en toute subjectivité de décider qui des trois malades a le droit de vivre ou mourir ?

Si The Big Donnor Show n’a pas pulvérisé le record de l’ignominie télévisuelle, il aura quand même contribué à repousser un peu plus loin la limite de l’acceptable.




Extension du Domaine de la Lutte

30 05 2007

Pendant qu’en france, on prépare naïvement une nouvelle chaine pour les geeks de tout poil, les Pays-Bas contribuent une fois de plus à l’extension du domaine de la lutte avec une émission télé dont le concept confine au génie :

Pays-Bas : qui veut gagner mon rein ?

Dernière trouvaille de la télé-réalité néerlandaise : une patiente de 37 ans en phase terminale d’une maladie incurable va décider, vendredi soir, à qui ira l’un de ses reins après sa mort (l’autre faisant l’objet d’une liste d’attente). La dame, dont on ne connaîtra que le prénom ­ Lisa ­ devra faire son choix entre trois jeunes malades, tous atteints d’insuffisance rénale. Elle se basera sur les portraits des trois candidats, filmés dans leur vie quotidienne, en conversation avec leurs parents et amis. Les téléspectateurs, eux, pourront donner leur avis par Texto.

On dit merci à Endemol !




Bientôt, le duo comics dans ta télé

30 05 2007

Le geek est habituellement une créature mâle célibataire qui affectionne manger de la pizza dans son canapé en regardant pour la 25ème fois “L’Empire Contre-Attaque” ou en jouant à “Densha no Tokidoki” (jeu de drague importé du Japon) sur sa Playstation.
Certainement mus par un besoin atavique de reconnaissance sociale, de companie de type homo sapiens féminin ou de substances récréatives illicites, voici que les geeks de la société de production Pocket Shami s’apprêtent à lancer Nolife, la première chaîne de télé pour nous les geeks (qui le valons bien).

Elle démarrera le premier juin sur le bouquet freebox. Elle proposera certes des émissions sur le manga / animé, les jeux vidéo, le japon et la j-pop. Mais surtout on pourra y retrouver chaque mois une émission sur les comics présentée par les ineffables Philippe et Philippe d’Arkham Comics.

Rendez-vous donc le dernier dimanche de chaque mois à 21h pour tout savoir sur les BD made in USA dans une émission qui promet déjà d’être post-moderne.

Le duo comics